Vieux chapitre

Extrait de Patrimoine des communes de Seine-et-Marne, éd. Flohic, 2000, tome 2, p. 784

Le Vieux-Chapitre

Cet édifice du XIIIème siècle constitue un parallélogramme de taille imposante (26 m de longueur sur 13 m de largeur), flanqué d'une tourelle à toit conique à chacun de ses angles. Il est divisé en 4 niveaux : un sous-sol et trois étages au-dessus du niveau du sol. Le sous-sol n'est éclairé que par de petites ouvertures carrées situées à un mètre du sol de la rue. Les deux niveaux suivants ont chacun cinq fenêtres : les unes en ogives subdivisées en deux par un meneau, les autres carrées. Le dernier niveau enfin est situé sous les combles.
Le sous-sol et le rez-de-chaussée possèdent une même ordonnance intérieure, marquée par de magnifiques voûtes en ogive. Ces deux salles gothiques sont divisées sur la longueur en cinq travées, quatre colonnes cylindriques reçoivent au centre les arceaux des voûtes et divisent l'espace en deux nefs ou galeries. Le premier étage est accessible par un escalier couvert extérieur. Il est constitué par une grande salle non voûtée. Le plafond en bois de chêne repose sur des colonnes non cylindriques au nombre de quatre. C'est par cet étage que les tourelles en encorbellement, de même que les combles étaient accessibles.
Le Vieux-Chapitre eut des destinations diverses. Il servit principalement de grange et de cellier pour les produits de la dîme. Par sa construction en manière de forteresse, il représentait la puissance féodale du chapitre cathédral. Le chapitre avait sans doute des vassaux qui devaient, dans cette maison, rendre hommage à leur suzerain devant le doyen, les chanoines, etc. Le chapitre avait en outre droit de justice sur le territoire de 9 paroisses. Le tribunal qui exerçait ce droit seigneurial siégeait probablement dans cet édifice.
Gravement menacé de ruine à la fin du XIXème siècle, le Vieux-Chapitre fit l’objet d’importants travaux de restauration entre 1930 et 1935. C’est au cours de ces travaux qu’une passerelle couverte en bois fut réalisée pour relier ce bâtiment, aménagé partiellement en sacristie, à la cathédrale.

La collection permanente

Peintures & sculptures de maîtres

Le musée Bossuet

une architecture valorisée

Le palais épiscopal

un cadre historique exceptionnel